29 avril 2011

Premier jour

La compagnie low cost installée à l'aérorport de Mérignac depuis moins d'un an nous a permis de rallier la capitale anglaise à un prix très compétitif. Je voyage avec une phobique des décollages et des atterrissages qui se shoote au ly*san*xia avant chaque départ. De son aveu même, le pilote a été parfait. Aucun retard, la valise est arrivée entière, on n'a pas bipé sous le portique, tout va bien ! A peine sorties de l'aéroport, nous prenons la green line, un bus affrété par la même compagnie (tickets moins chers si réservés en ligne avant le départ) qui nous emmène de Luton au centre de Londres. La banlieue est verdoyante, le trafic fluide. Nous descendons au terminus à Victoria station puisque nous logerons dans South Kensington. Quartier chic et calme, aux façades d'un blanc éclatant sous le soleil de midi (heure locale). Nous sommes parties sans cash, préférant pour un court séjour comme celui-là retirer une somme définitive à un guichet (au retour je constaterai que ma banque ne m'a facturé quasi aucun frais de change). Nous rejoignons pour cela Brompton Road après avoir un peu erré dans les rues. Notre plan de Londres vendu avec le lonely planet n'est pas très détaillé ni celui de mon carnet. Il ne faut pas se tromper entre les street, road, way, terrace portant le même nom. Affamées et enfin pourvues de livres sonnantes et trébuchantes nous nous engouffrons dans le premier pub qui nous semble typically english. Il est bientôt deux heures et nous dévorons un burger chips + beer, je suis au bord de l'inanition !

london2_002

london2_003

london2_005

london2_021Sur Brompton Road, j'ai repéré un charity shop "octavia". Je palpe des étoffes superbes, croise une ravissante petite veste burberry, admire des pièces de créateurs. Mais je n'achète rien, pas de coup de coeur dans ma taille et pas vraiment envie d'essayer là-tout-de-suite alors que nous avons encore la valise dans les pattes. Et puis je ne suis pas une effrénée du shopping de toute façon, toucher et regarder me suffit amplement.

L'architecture m'enchante déjà. Bâtiments en brique alternant avec immeubles d'un blanc immaculé (ma prof d'anglais me dira plus tard que la ville a mis en place il y a quelques années un programme de "blanchiment" des façades pour redonner du peps à une "vitrine" plutôt grise), rues larges, black cabs et leurs cabbie shelter, petites cantines vertes très exigues qui permettent aux chauffeurs de déjeuner entre collègues d'un plat du jour cuisiné sur place.

london2_010

london2_013Il n'y a personne pour nous accueillir à cette heure-ci à la maison de l'institut, une enveloppe nous attend sur la desserte du couloir avec la clé de la chambre. Nous croisons pourtant un jeune chercheur qui nous salue et disparait dans la rue non sans souligner "l'écrasante chaleur" qui accable les habitants.... Nous sommes à Londres, ville pas franchement réputée pour sa chaleur, pourtant il règne une température digne d'un printemps bien avancé dans le sud ouest de la france, le fond de l'air frais en plus quand même !

london2_027
Nous grimpons les 4 étages (!) qui nous séparent de notre chambre le long d'un escalier recouvert d'une moquette aussi épaisse qu'un gazon anglais.

london2_031

london2_033

La vue depuis la chambre est sympatoche, tout est parfaitement clean et adorablement désué. Tapisserie fleurie fanée, tête de lit en tissu, rideaux épais, et la fameuse fenêtre à guillotine dont mademoiselle Ka raffole !

Un bref debriefing, je brosse mes dents (indispensable après le burger/oignon) et nous redescendons dans le hall sans oublier de remplir la fiche pour le breakfast du lendemain matin. Combien d'oeufs ? au plat ou brouillés? avec ou sans bacon, tomate, champignon ? thé ? café ? céréales ? jus de fruit ? toast ? Cette formalité acquittée, nous nous dirigeons vers la gare routière de south kensington pour acheter notre oyster card. Elle coûte 5£ (remboursés si nous la rendons à la fin du séjour) et nous la chargeons au guichet de la somme souhaitée. Cette carte est indispensable pour voyager bon marché (environ 1,8£ au lieu de 4£ sans ce sésame). Et cherry on the cake, elle est illustrée par le couple princier ! Nous prenons un bus à impériale jusqu'à Trafalgar Square, premier bain de foule du week end.

london2_044

london2_046Pour occuper ce premier après-midi, nous décidons de faire les touristes. En ce jour de la Saint Georges, il y a des attractions un peu partout, notamment à Covent Garden, noir de monde et pas particulièrement intéressant si ce n'est d'un point de vue architectural bien sur. Nous sommes auparavant entrées dans l'église de saint martin in the fields (le café dans la crypte est tentant mais nous commençons juste à découvrir la ville, ça n'est pas le moment de s'arrêter), longé la national gallery (que nous ne pourrons pas visiter hélas, c'est pour cette raison entre autres que je reviendrai à londres), faisons quelques courses dans un tesco (de l'eau notamment, des short bread, des bonbons réglisse) où je repère la célèbre philadelphia cream que je tiens absolument à ramener à Bordeaux.

london2_049

london2_048

london2_053

Nous rejoignons les bords de la Tamise pour admirer Big ben (que nous entendrons sonner le quart d'heure avant 6 o'clock) et Westminster sour un ciel de plus en plus menaçant. L'orage menace, des éclairs déchirent le ciel de plomb.

london2_060

london2_061

london2_066

london2_068

Une bourrasque soulève la poussière des jardins du Parlement, une nuée de graminées envahit le ciel et la pluie nous surprend devant la statue des Bourgeois de Calais de Rodin. Nous nous réfugions sous le porche d'un immeuble et attendons une accalmie pour rejoindre Buckingham Palace où les tribunes des journalistes défigurent l'agencement de la place royale.

london2_080

london2_081

london2_086

Nous longeons la piste cyclable qui borde Hyde Park alors que la pluie a déjà cessé. Les fleurs et les herbes hautes croulent sous le poids des gouttes, la terre a cette odeur d'après l'orage si familière. Il doit être 18 h 30, nous reprenons un bus jusqu'à l'institut, mes ballerines ont pris l'eau, et mon trench est resté dans la valise !

Tout près de notre home sweet home du week end, nous avons repéré tout à l'heure un chouette pub sur queen's gate. C'est là que nous allons boire notre premier pimm's. L'intérieur est superbe, un mélange de meubles usés, de murs aux tapisseries classiques revisitées, de grosses bougies blanches sur la cheminée et les bords de fenêtres, un magnifique comptoir, des miroirs, de la peinture ardoise savamment badigeonnée à des endroits stratégiques, annonçant avec humour les boissons et les plats proposés.

london2_036

london2_037

london2_088

C'est la saison des fraises, elles garnissent notre cocktail et c'est un délice qui me fait un effet boeuf après la longue marche dans la ville. Nous irons diner au coco momo sur gloucester road. Bon, joli, pas cher,nickel ! Puis dodo, demain la journée sera longue !

 

 

 

Posté par angelots à 12:22 - Commentaires [1] - Permalien [#]


Commentaires sur Premier jour

    Pas le temps de tout lire, mais je reviendrai! c'est super intéressant et j'aime bien tes photos! C'est marrant, y'a des endroits qui m'intriguent, (la photo de la burqa vuitton, c'est où?)... sinon, columbia market, et brick lane, c'est chouette! j'aime bien cet endroit, y'a le museum of childhood pas loin et old spitafield market... hmmm... va falloir revenir ma vieille! ; )

    Posté par shrimp in oil, 13 mai 2011 à 19:32 | | Répondre
Nouveau commentaire